La neige et l’eau.

Je n’ai pas écrit depuis quelques mois. Pas d’articles du moins. Ce n’est pas l’envie qui manque, c’est peut-être le temps, peut-être l’organisation. Peut-être que j’ai été absorbée par ma propre vie.

La dernière fois que j’ai écrit, je disais que je plongeais. Depuis, je suis toujours dans l’eau. Je fais la planche sur le dos. L’avant de mon corps en surface est réchauffé par le soleil qui fait sécher le haut de mes cuisses, ma poitrine et mon visage. Je ferme les yeux et je me laisse porter par le doux courant chaud. Les oreilles sous l’eau, je n’entends plus un bruit, que le silence et je me sens en paix. J’ai un demi sourire sur le visage. Je respire.

Je me sens si bien dans ce lagon, dans cette eau turquoise. Comme quoi, cela ne servait à rien de s’inquiéter des poissons, des algues, ou des sirènes. Je n’aime toujours pas trop l’idée des sirènes, mais je n’y pense presque pas. Si j’y pense, je replonge la tête dans l’eau, je fais quelques brasses et je me reconnecte à cette sensation douce et enveloppante de l’eau chaude qui m’entoure.

On dit que l’eau, c’est la vie. Il faut boire pour survivre, oui, mais moi je nage et je flotte pour vivre.

Mais ne vous y méprenez pas, je ne fais pas uniquement me prélasser dans le bassin de l’amour, j’ai des plans. De grands projets. Peut-être parce que j’ai 30 ans, que l’on entre en 2020 et que ça fait beaucoup de chiffres ronds. Peut-être (surtout) que c’est parce que je suis prête. Poser des nouvelles bases. C’est ça mon objectif.

Pour changer du décor du lagon bleu, imaginons une route enneigée, comme celles de Montréal un soir de janvier. Ces dix dernières années, j’ai enfourché la déneigeuse et j’ai déblayé. J’ai enlevé les grosses couches, j’ai accepté, je me suis réconciliée, j’ai appris, j’ai compris et j’ai cherché à comprendre. J’ai rencontré du monde à travers le monde et je me suis rencontrée moi-même aussi un peu.

Maintenant que les routes sont déneigées, c’est plus facile de marcher mais il reste une couche de glace en dessous. Je ne sais pas si vous avez déjà vu une déneigeuse travailler. Elle enlève la neige mais elle ne peut pas enlever la glace, c’est beaucoup plus compliqué. Pour moi c’est pareil. Il faut maintenant que je trouve le courage et la force de casser cette couche, la plus profonde et la plus dure. Il me faut les bons outils (on ne casse pas de la glace avec une pioche en plastique), il me faut de la patience, il me faut de la résilience.

C’est drôle, j’ai toujours cru que je n’étais pas résiliente mais hier, alors que je parlais de moi à une amie, elle m’a dit « ben tu vois, c’est ça la résilience ». Waouh. J’ai pratiqué sans même m’en apercevoir.

Une fois que j’aurais enlevé la glace, je réparerai la route. Je mettrai un nouveau revêtement et je ferai en sorte que la glace ne revienne plus. Je poserai les nouvelles bases.

Sur ce chemin, j’apprends que quand bien même on a toujours appris à tout faire toute seule, c’est bien de partager avec quelqu’un. Quelqu’un qui ne fait pas le travail à ta place, mais qui t’écoutes, te conseilles et t’encourages. Quelqu’un qui sans le savoir, te bouscules. Mais c’est pour le mieux car sous ses pas, la glace commence à craqueler.

J’apprends que l’indépendance n’est pas le contraire du partage. Que quand on s’associe, on ne disparaît pas. Il faut juste faire le bon partenariat. Celui qui décuple ton énergie au lieu de l’absorber. Celui qui transforme le sombre en lumière, même si l’obscurité est bonne parfois.

Celui qui fait que tu peux t’allonger, fermer les yeux, laisser courir tes cheveux dans l’eau et réaliser que tu es dans le plus merveilleux des endroits.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s